Billets Non classé

Une fleur sur la lune

Écrit par Jonathan Parienté

La lune, c’est joli, mais ça manque un peu de verdure. Les dernières traces de vie ont été observées en 1972. C’étaient des traces de pied, ceux d’Eugen Cernan et d’Harrison Schmit, scientifiques d’Appolo 17, dernière mission habitée sur la lune.
Depuis, notre satellite est resté un désert minéral. Quelle sera la prochaine forme de vie [suite…]

une fleur sur la lune

La lune, c’est joli, mais ça manque un peu de verdure. Les dernières traces de vie ont été observées en 1972. C’étaient des traces de pied, ceux d’Eugen Cernan et d’Harrison Schmit, scientifiques d’Appolo 17, dernière mission habitée sur la lune.

Depuis, notre satellite est resté un désert minéral. Quelle sera la prochaine forme de vie à  y poser le pied, la patte ou la racine ?

Les Américains se sont mis en tête d’y renvoyer des humains, pour mieux aller sur mars. Les Chinois se prépareraient à  y envoyer quelques taà¯konautes, à  plus ou moins long terme.

En attendant, il se pourrait bien que ce soient des missions privées qui envoient de la vie sur la lune. Ce ne sera pas des humains mais une fleur.

La firme Paragon space development a présenté à  la presse, vendredi 26 mars, un prototype de serre capable de résister aux  conditions lunaires de température et de radiation. Cette serre pourrait accueillir six graines de moutarde. Elles ont été retenues en raison de leur croissance rapide. Elles peuvent fleurir en moins d’une journée lunaire (deux semaines terrestres).

Qui va acheminer cette drôle de serre ? Le Google lunar X prize a suscité des vocations. Google donnera entre 15 et 20 millions de dollars à  qui arrivera à  déposer un véhicule sur mars, à  lui faire parcourir 500 mètres et à  envoyer photos et autres données aux humains. Le tout avant 2014.

A l’heure actuelle, 2 candidats ont jeté l’éponge et 17 restent en lice. L’un d’entre eux, Odissey moon, s’est associé avec  Paragon. Et embarquera la serre dans son “ encore hypothétique “ voyage vers la lune.

A quoi servirait une fleur sur la lune ? Selon les promoteurs du projet, l’image de la fleur sur le sol lunaire débriderait l’enthousiasme des terriens pour les missions lunaires. Dans un communiqué, Jane Poynter la fondatrice de Paragon, justifie, lyrique, son projet :

“Imaginez une fleur dans une serre en cristal sur le sol de la lune, alors que la terre se lèverait à  l’horizon. C’est grâce à  des idées comme celle-là  que je me suis intéressée à  l’espace.”

Mais déjà , certains y voient un premier pas vers une colonisation de la lune… Comme le résume Bob Richard, fondateur de Moon Odissey, cité par le New Scientist, “nous envoyons la moutarde en premier et les hot-dogs devront suivre”.

À propos de l'auteur

Jonathan Parienté