Billets Non classé

Lumière : la mode du “consommer moins”

En filmant les illuminations de la Speicherstadt à Hambourg (pour l’émission Xenius diffusée aujourd’hui sur Arte), on a été très surpris par leur sobriété. L’architecte-lumière y voit un symbole de la lutte contre la pollution lumineuse, dont souffrent la quasi totalité des villes européennes. L’Allemagne a-t-elle une longueur d’avance, une fois de plus, dans ce […]

En filmant les illuminations de la Speicherstadt à Hambourg (pour l’émission Xenius diffusée aujourd’hui sur Arte), on a été très surpris par leur sobriété. L’architecte-lumière y voit un symbole de la lutte contre la pollution lumineuse, dont souffrent la quasi totalité des villes européennes. L’Allemagne a-t-elle une longueur d’avance, une fois de plus, dans ce nouveau combat écologique ? J’ai posé la question au concepteur lumière parisien, Vincent Thiesson, de l’agence On.

Cette tendance “minimale” en matière de lumière, c’est le monopole de l’Allemagne ?

En France aussi, c’est une tendance claire. Tous les programmes d’éclairage font désormais référence au développement durable et prévoient un volet sur la consommation électrique. Il y a une politique du “consommer moins”, et donc aussi de moins montrer. Le changement a été brutal, il y a six mois, en rupture avec des projets beaucoup plus spectaculaires auparavant.

Comment s’adapte-t-on, en France, à cette nouvelle tendance ?

Les projets d’éclairage intègrent davantage de critères. Il s’agit toujours que les habitants se sentent mieux et en sécurité, mais aussi de lutter contre les pollutions lumineuses, en excluant les lumières dirigées vers le ciel, les pollutions de l’environnement et de limiter la consommation d’énergie. La Tour Eiffel, par exemple, est désormais éteinte au-delà de deux heures du matin, parce qu’on a constaté que les touristes sont très peu nombreux à l’observer au milieu de la nuit. Il n’y a plus de gaspillage.

Est-ce que c’est la fin de l’éclairage public ?

Non, bien au contraire. Les maires, notamment, font de plus en plus appel à notre expertise pour répondre à ces nouvelles contraintes, et adaptent leurs éclairages. Nous ne sommes plus uniquement des metteurs en scène ou des concepteurs lumière, mais nous avons en plus un rôle-clé dans cette prise de conscience écologique.

À propos de l'auteur

Pierre