Billets Non classé

L’ISS menacée par un débris de satellite

Écrit par Jonathan Parienté

Brève poussée d’adrénaline, jeudi 12 mars, pour les occupants de la Station spatiale internationale (ISS). Ils ont dû se préparer à  abandonner le navire, menacés par un débris spatial qui aurait pu entrer en collision avec l’ISS, à  environ 10km/s.
A 16h35 (GMT), la Nasa a ordonné l’évacuation de la station. Les astronautes se sont alors [suite…]

Brève poussée d’adrénaline, jeudi 12 mars, pour les occupants de la Station spatiale internationale (ISS). Ils ont dû se préparer à  abandonner le navire, menacés par un débris spatial qui aurait pu entrer en collision avec l’ISS, à  environ 10km/s.

A 16h35 (GMT), la Nasa a ordonné l’évacuation de la station. Les astronautes se sont alors réfugiés dans la navette Soyouz de secours et ont fermé les trappes d’accès. Dix minutes plus tard, l’équipe regagnait la station. Le débris avait taillé sa route dans l’espace.

D’après la Nasa, la menace a d’abord été sous-évaluée. Dans le jargon de la Nasa, dans un premier temps qualifiée de “basse”, elle est devenue “rouge”. Et ce,  “probablement à  cause d’une erreurdans la surveillance des objets en orbite. Conséquence, l’ISS n’a pas eu le temps d’effectuer une manoeuvre d’évitement.

Le débris en question, qui répond au nom de 205090 PAM-D, est un morceau de 13 cm, pesant environ 1 kg provenant du moteur qui permet à  un satellite d’atteindre l’orbite voulue. Il s’agit avait servi à  propulser un satllite GPS américain, lancé en 1993.

Cette collision aurait pu être dramatique. Dans le New scientist, Gene Stansbery de la Nasa explique qu’“un objet de la taille d’une pièce de nickel lancé à  10 km/seconde a la même énergie qu’une petite voiture à  80 km/heure”… On imagine les dégâts avec un morceau de 13 centimètres.

Ce genre de mésaventure risque de se répéter. A proximité de la terre, l’espace est “jonché” de débris de toutes sortes, abandonnés au fil de la conquête spatiale.

Pour suivre la course du débris, c’est ici.

À propos de l'auteur

Jonathan Parienté