Billets Non classé

La classification phylogénétique du vivant (3)

Auteur : Sirtin
III- Evolution des concepts
Au delà d’une simple théorie, scientifique ou non, l’histoire des classifications montre qu’elles sont la résultante de notre vision sur la vie et sur notre rapport avec la nature. Ainsi, la théorie de l’évolution et le développement de la génétique fondent la classification phylogénétique du vivant. Elle repose [suite…]

Auteur : Sirtin

III- Evolution des concepts

Au delà d’une simple théorie, scientifique ou non, l’histoire des classifications montre qu’elles sont la résultante de notre vision sur la vie et sur notre rapport avec la nature. Ainsi, la théorie de l’évolution et le développement de la génétique fondent la classification phylogénétique du vivant. Elle repose principalement sur la comparaison des caractères morphologiques et des séquences nucléotidiques entre deux espèces. Mais elle continue à utiliser des termes et des idées plus anciens comme la représentation sous forme d’un arbre, les taxons, la nomination binomiale et la comparaison du style « a ou n’a pas le caractère ».

Si elle est généralement admise dans la communauté scientifique, elle reste mal connue du grand public, et ceci pour plusieurs raisons. Premièrement, les principes de la sélection naturelle sont souvent réduites à l’idée manichéenne de la « loi du plus fort ». En outre, le schéma évolutif le plus répandu représente une progression des « poissons » aux « reptiles » puis aux « oiseaux » et aux « mammifères ». Sa structure induit une notion de progrès et d’une complexification croissante qui mène à l’homme. Or, ce schéma démontre la persistance de l’influence de l’Echelle des Êtres qui est un concept développé par Gottfried Leibnitz au XVII-XVIIIe siècle et dont les bases prennent racine chez Platon et Aristote. En suivant une gradation linéaire du plus simple au plus complexe, cette Echelle classe les organismes selon leur degré de perfection: des minéraux jusqu’aux êtres supérieurs (homme, ange…). A cette vision anthropocentriste (l’homme au centre de l’échelle), s’ajoute la vision finaliste qui donne pour but à l’évolution l’émergence de l’homme.

Echelle des Êtres
13112008-01

(Source image –> X)

Similitude avec les schémas évolutifs classiques.
13112008-02
13112008-03

(Sources ilages –> X et Y)

Cependant, même chez les spécialistes, la classification phylogénétique n’est pas exempte de concepts anciens. Il suffit de penser au choix de l’arbre comme modèle de représentation de l’histoire de la vie et des relations de parenté entre les êtres vivants. Horst Bredekamp, historien de l’art et philosophe, a publié récemment un livre, intitulé L’arbre et le corail, qui résume ses enquêtes sur les recherches picturales de Darwin à partir de 1834. Selon l’auteur, Darwin penchait plutôt du côté du modèle des coraux du fait de leur construction anarchique. Finalement, il aurait opté pour le modèle des arbres car il voulait publier L’origine des espèces au plus vite, craignant pour la paternité de ses recherches. Le débat n’est pas tranché mais si le modèle des coraux le remporte sur l’arbre, quelles en seraient les perspectives ?

Références
Classification phylogénétique du vivant. Edition BELIN (2001).
Auteurs: Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader.
La classification du vivant, mode d’emploi.
Evolution. De l’origine de la vie aux origines de l’homme.
Le corail et l’arbre

Série de billets publiée précédemment sur le blog de Sirtin

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie