Billets Non classé

La classification phylogénétique du vivant (2)

Auteur : Sirtin
II- Brève histoire des classifications du vivant
La classification phylogénétique est issue d’une riche et longue histoire. Elle prend racine dans un ouvrage fondateur de l’Antiquité: Histoire des plantes de Théophraste (372–287 avant J.C) qui fut l’élève d’Aristote. Bien que le terme botanique ne soit inventé qu’au XIXe siècle par Augustin-Pyramus de Candolle, le [suite…]

Auteur : Sirtin

II- Brève histoire des classifications du vivant

La classification phylogénétique est issue d’une riche et longue histoire. Elle prend racine dans un ouvrage fondateur de l’Antiquité: Histoire des plantes de Théophraste (372–287 avant J.C) qui fut l’élève d’Aristote. Bien que le terme botanique ne soit inventé qu’au XIXe siècle par Augustin-Pyramus de Candolle, le besoin d’une classification, portant essentiellement sur les plantes, se fait sentir très tôt pour des raisons utiles.

L’œuvre de Théophraste constitue la référence absolue et le système ne change guère jusqu’au XVIe siècle. Léonhart Fuchs (1501–1565) propose alors une nouvelle classification par ordre alphabétique: une méthode peu pratique mais audacieuse. Elle marque le début de nombreux essais. Durant cette période fructeuse, le terme taxon (niveau hiérarchique) est diffusé par Joseph Pitton de Tournefort (1656–1708). Carl Von Linné (1707-1778) affine en établissant les sept rangs traditionnels (règne, embranchement, classe, ordre, famille, genre, espèce). Il est également l’auteur du nom binomial: un nom pour le genre et un nom pour l’espèce. Viennent ensuite Bernard de Jussieu (1699–1777) et son neveu, Antoine-Laurent (1748-1836), qui créent une classification performante. Elle est basée sur la définition d’un taxon par un petit nombre de caractères constants partagés par l’ensemble des espèces, et non sur un grand nombre de caractères labiles. Cette classification est reprise et appliquée aux animaux par Georges Cuvier (1769–1832). Pour la première fois, une méthode fonctionne: des familles cohérentes apparaissent. Les idées évoluent alors. Il ne s’agit plus de chercher un système efficace mais de lui donner un sens: trouver l’ordre, de nature divine, régissant la Vie.

Au XIXe siècle, les bases de la théorie de l’évolution sont posées par Jean-Baptiste Lamarck (1744–1829). Il est ensuite discrédité à cause de sa théorie du transformisme (modification d’un organe suite à un besoin et transmission du caractère acquis à la descendance). La théorie de l’évolution prend un réel essor grâce à Charles Darwin (1809–1882) par le biais de son ouvrage L’origine des espèces qui expose le principe de la sélection naturelle (influence de l’environnement sur l’évolution des espèces et hérédité des caractères innés). Bien que faisant scandale à l’époque, ses idées constituent les bases de la théorie moderne de l’évolution. C’est la seule, à ce jour, capable d’expliquer de façon logique et unifiée la diversité de la vie et son histoire évolutive. Cependant, personne ne sait encore comment un individu peut transmettre ses capacités à sa descendance.

Il faut attendre la découverte, en 1953, de la structure de l’ADN par James Watson (1928-…) et Francis Crick (1916–2004). Cette avancée permet de reconnaître le rôle de l’ADN dans la transmission héréditaire. En parallèle, Willi Henning (1913/5-1976) développe la cladistique dans les années 50. C’est une méthode qualitative qui vise à établir les relation de parenté sur la base des caractères de façon à obtenir des groupes monophylétiques. Grâce au développement de la génétique et de la biologie moléculaire dès les années 70, une méthode complémentaire voit le jour: la phénétique qui quantifie les relations de parenté par le calcul du nombre de nucléotides (unité de base de l’ADN) différents entre deux espèces. L’association de la cladistique et de la phénétique donne naissance à la classification phylogénétique. Elle n’est réellement diffusée à un public plus large qu’à partir du début du XXIe siècle.

Premier arbre du vivant par Haeckel en 1866

12112008.1241230957.jpg

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie