Billets Non classé

Grippe A : Qu’attend l’OMS pour la phase 6 ?

Après le continent américain, avec le Mexique et les Etats-Unis, c’est au tour de l’Europe, du Japon et de l’Australie d’être largement touchés par le virus de la grippe A(H1N1), dite “porcine”. Pourtant, l’Organisation mondiale de la Santé n’a toujours pas élevé son niveau d’alerte pandémique de la phase 5 à 6. Tout juste a-t-elle […]

Après le continent américain, avec le Mexique et les Etats-Unis, c’est au tour de l’Europe, du Japon et de l’Australie d’être largement touchés par le virus de la grippe A(H1N1), dite “porcine”. Pourtant, l’Organisation mondiale de la Santé n’a toujours pas élevé son niveau d’alerte pandémique de la phase 5 à 6. Tout juste a-t-elle concédé, par la voix de son directeur adjoint Keiji Fukuda, qu’elle était “très proche de cela”.

Depuis un mois et demi, l’alerte semble bloquée au niveau 5 de l’échelle. Le dernier bilan officiel émis par l’OMS (le 8 juin) fait état de 25288 cas, dont 139 mortels, depuis le début de l’épidémie.

L’Organisation mondiale de la santé vient finalement de donner quelques explications, et de répondre aux critiques dont on vous parlait le mois dernier sur le blog Xenius : elle invite chaque pays à évaluer sa propre situation face au nouveau virus de la grippe. “L’évaluation de la gravité d’une pandémie est complexe”, explique l’OMS dans son dernier relevé épidémiologique hebdomadaire. “La gravité peut varier d’un pays à l’autre et, au sein d’un même pays, en fonction des groupes de populations et des localisations géographiques.”

Pour l’organisation, il est extrêmement difficile de définir “l’impact” de la grippe A(H1N1) à l’échelle mondiale, et d’édicter un niveau d’alerte unique pour une maladie qui représente, dans chaque pays, un défi différent.

À propos de l'auteur

Pierre