Billets Non classé

Curiosités de l’évolution : les super nounours de 0.1 mm

Écrit par Tom Roud

Auteur : Xochipilli
Je vous recommande l’excellent Calme Plat chez les Soles de Marc Giraud, qui regorge d’histoires extraordinaires d’animaux de la mer et de la plage.
 
Parmi les drôles de bestioles, on y découvre le craquant Tardigrade, espèce d’ourson d’eau (Water Bear en anglais) de moins de 0,5mm de longs. Petits mais complets! Ils ont [suite…]

Auteur : Xochipilli

Je vous recommande l’excellent Calme Plat chez les Soles de Marc Giraud, qui regorge d’histoires extraordinaires d’animaux de la mer et de la plage.

 

Parmi les drôles de bestioles, on y découvre le craquant Tardigrade, espèce d’ourson d’eau (Water Bear en anglais) de moins de 0,5mm de longs. Petits mais complets! Ils ont des pattes (8), avec de belles griffes, un cerveau et même un embryon d’oeil! Petit il est encore plus craquant. Très élégant, il ne nage pas mais il marche:

 

Vidéo du Tardigrade en goguette…

 

On en trouve partout autour de nous, surtout dans les mousses ou les lichens dont il raffole jusqu’à  deux millions au mètre carré). Mais comme il ne fait pas les choses à  moitié, pour lui partout c’est vraiment partout: du haut de l’Himalaya jusqu’au fond des abysses sous-marins (on en a trouvé à  -4000m de profondeur).

 

Car cette bestiole est une espèce de super héros miniature: en cas de sécheresse, elle se momifie littéralement et peut rester dans un état d’hibernation (le terme exact c’est “cryoptobiose”) pendant des années, puis revivre quasi instantanément au contact d’une goutte d’eau! On en a fait revivre après 2000 ans de séjour au milieu d’une calotte glaciaire!

 

“On peut les plonger dans l’alcool pur, dans l’éther, dans l’hélium liquide à  -272°C pendant huit heures ou dans l’air liquide pendant vingt mois, les chauffer une demi-heure à  +360°C (…) les immerger dans le vide absolu, les exposer à  des radiations ou a des substances toxiques (les chercheurs sont vraiment sadiques…), les tardigrades sont capables de s’en sortir et de repartir comme si de rien ne s’était passé!”. Au point que certains se demandent, si comme Superman, ils ne viendraient pas d’une autre planète?

 

Plus sérieusement, à  quoi a donc pu leur servir une telle suradaptation? Et pourquoi avoir évolué en tellement d’espèces (on en compte plus de 600) si chacune est aussi résistante? En tous cas, moi je trouve qu’il a un peu des airs d’extra-terrestre ce nounours…

 

(Billet original publié sur le webinet des curiosités, reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur)

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie