Billets Non classé

Comment lutter contre le créationnisme : combattre l’ennemi (2/2)

Suite du billet précédent

Comment alors combattre les partisans du créationnisme et du dessein intelligent ? Coyne propose une synthèse en 5 points :

enseigner et montrer les preuves de l’évolution, et pas seulement les aspects théoriques
expliquer ce que signifie vraiment le mot “théorie” en science
expliquer la différence entre explication naturelle et surnaturelle, et le peu de [suite…]

Suite du billet précédent

Comment alors combattre les partisans du créationnisme et du dessein intelligent ? Coyne propose une synthèse en 5 points :

  • enseigner et montrer les preuves de l’évolution, et pas seulement les aspects théoriques
  • expliquer ce que signifie vraiment le mot “théorie” en science
  • expliquer la différence entre explication naturelle et surnaturelle, et le peu de puissance explicative de cette dernière
  • reconnaître que les scientifiques sont “l’establishment”, qu’ils sont les gens sérieux et ne pas accepter de débattre avec les partisans du dessein intelligent publiquement qui ne sont pas leurs égaux
  • se renseigner sur le dessein intelligent et apprendre à  le connaître pour ne pas se faire piéger

Coyne a terminé par un graphique montrant les corrélations dans différents pays entre croyance en Dieu et acceptation de la théorie de l’évolution. La corrélation est effectivement assez frappante : plus une société est sécularisée, plus elle accepte la théorie de l’évolution. On peut discuter longuement sur le sens de cette corrélation. Coyne affirme qu’on peut accepter la religion et enseigner l’évolution, mais il pense que cela n’est pas très efficace. Il pense en fait qu’il n’y a qu’une seule stratégie efficace : combattre la religion elle-même. D’après lui, la religion est l’adversaire du rationalisme, car la foi sans preuve est par définition une démarche inverse et incompatible avec la science.

Depuis cette conférence, Coyne persiste et signe; il s’est notamment illustré depuis dans ses attaques contre toute forme de “réconciliation” entre théorie de l’évolution et religion, critiquant notamment la place faite dans la revue  Nature à  la fondation Templeton [1]  dans un Editorial (voir site d’Oldcola) et publiant régulièrement des essais incisifs allant dans le même sens (comme celui-ci, toujours via Oldcola). Il a également depuis ouvert un blog, “why evolution is true” (pourquoi l’évolution est vraie), au moins autant contre le créationnisme que pour montrer l’évolution.

En réalité, le problème me paraît éminemment complexe, et Coyne n’est probablement pas aussi rigoureux qu’il le devrait dans son approche.  Se focaliser sur le religion empêche de voir une réalité plus contrastée. Science se faisait il y a quelques jours l’écho d’une étude récente de Dittmar Graf, de l’université de Dortmund, organisateur d’une conférence sur la perception de l’évolution dans la société. Graf a mené des études pour essayer de déterminer quelles attitudes sont les mieux corrélées avec un rejet de l’évolution. Il ressort que la meilleure indication de tendances créationnistes n’est pas la foi religieuse, mais un manque de confiance dans la science en général d’une part, et une mauvaise compréhension du processus de recherche scientifique d’autre part. Il ne s’agit donc pas directement d’une affaire de religion : on peut s’attendre par exemple à  ce que la croyance plus forte dans le paranormal dont parlait Dr Goulu récemment s’accompagne également d’un recul dans la croyance à  l’évolution. Coyne a donc probablement raison de promouvoir l’enseignement de la science, mais tort de se focaliser sur la religion.

Particulièrement dans le contexte nord-américain, essayer de combattre la religion elle-même me paraît être le plus sûr moyen de braquer les gens. Comme je l’avais expliqué à  propos du créationniste devenu paléontologue, toute cette affaire est aussi sociale. Si le créationnisme est si actif aux Etats-Unis, c’est précisément parce que les créationnistes considèrent la science comme une atteinte à  leur morale, sur le même plan que l’autorisation de l’avortement ou le mariage gay (comme j’avais essayé de l’expliquer dans mon premier billet sur le créationnisme il y a plus de trois ans). Affirmer qu’on va justement lutter contre la religion, c’est aller donc complètement dans le  sens d’une lutte de la science contre un mode de vie, et cela me paraît dangereusement contre-productif …

En conclusion, Coyne lui-même me paraît raisonner un peu trop en réaction aux héraults du créationnisme fondamentalistes chrétiens, et du coup occulte le contexte général de défiance à  la science probablement plus pertinent.  N’oublions pas que Mendel et Lemaître étaient des religieux, et plutôt que de lutter à  tous prix contre les religions, luttons contre l’obscurantisme en général et ne décourageons pas les initiatives réconciliant Religion et Evolution lorsqu’elles sont faites sur des bases scientifiques (Exemple).

[1] dont le but est précisément de réconcilier science et religion

(Billet publié précédemment sur le blog de Tom Roud et mis à  jour par son auteur)

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie