Billets Non classé

Comment Darwin a abandonné le créationnisme

Auteur : Tom Roud
A 20 ans, Darwin était un chrétien fervent, se destinant à  l’Eglise. Son intérêt pour les sciences naturelles l’avait conduit à  dévorer les oeuvres de William Paley, en particulier La Théologie Naturelle dont il dira plus tard :
Je ne pense pas avoir autant admiré de livre que La Théologie Naturelle [suite…]

Auteur : Tom Roud

A 20 ans, Darwin était un chrétien fervent, se destinant à  l’Eglise. Son intérêt pour les sciences naturelles l’avait conduit à  dévorer les oeuvres de William Paley, en particulier La Théologie Naturelle dont il dira plus tard :

Je ne pense pas avoir autant admiré de livre que La Théologie Naturelle de Paley : j’aurais presque pu le réciter par coeur autrefois

Paley était un philosophe anglais, fameux pour son analogie dite du “watchmaker”. Imaginez que vous vous promeniez sur une plage, et que tout d’un coup, vous trouviez une montre au sol. Remarquant l’ajustement parfait des pièces, la précision et la complémentarité des mécanismes, jusque dans les moindre détails, tout être raisonnable devrait immédiatement en tirer la conclusion de l’artificialité de cet objet, ou, en semi Version Originale, qu’à  l’origine de ce design se trouve nécessairement un designer. La complexité infinie des êtres vivants n’est alors explicable que par l’existence d’un designer à  l’intelligence grandiose et aux pouvoirs surnaturels. Seul un Intelligent Designer, Dieu, a pu créer la nature grandiose. Et Darwin lui-même était convaincu par ce puissant argument.

Les théories du vivant, auxquelles adhérait Darwin, étaient relativement simples : Dieu avait créé d’un seul coup toutes les espèces vivantes. Pour expliquer les différentes variétés à  l’intérieur des différentes espèces, les scientifiques pensaient que les animaux pouvaient se modifier, apprendre au cours de leur vie pour s’adapter à  un nouvel environnement. Enfin, pour expliquer que sur des continents différents existaient des animaux différents, on pensait qu’il y avait eu en fait plusieurs “centres de la création”. Autrement dit, Dieu avait créé non pas un seul mais plusieurs règnes animaux, fonctions de l’environnement.

Telles étaient donc les idées de Darwin avant de s’embarquer pour son voyage à  bord du Beagle. Ses préjugés vont l’amener à  commettre des erreurs scientifiques sur place, oubliant par exemple de noter les origines géographiques précises des différents specimens récoltés. A quoi bon puisque les centres de création sont étendus et homogènes ? A son retour en Angleterre, Darwin, après discussion avec le naturaliste John Gould (rien à  voir avec le paléontologiste Stephen J Gould à  ma connaissance!) comprend son erreur. Il contacte ses assistants, qui eux, sans a priori scientifiques, ont soigneusement répertorié l’origine des specimens. Darwin les ré-examine, confronte, correlle…

Et après plusieurs années de réflexion et de confrontation avec les observations, les vieilles théories vont voler en éclat. Car toutes naà¯ves et religieuses qu’elles soient, elle sont en fait testables et vérifiables. Le créationnisme dans sa version de base fait des prédictions et est réfutable, et tout le génie de Darwin est d’avoir réussi à  appliquer une démarche scientifique pour réfuter sans ambiguité le créationnisme et proposer sa propre théorie.

Quelles sont donc alors les prédictions du créationnisme/du dessein intelligent ? Supposons que Dieu dans sa grande sagesse ait créé les espèces afin qu’elles soient parfaitement adaptées à  leur environnement. Dans ce cas, en toute logique, dans un même environnement, on doit trouver exactement les mêmes espèces. Or, que voit Darwin après examen de ses specimens des Galapagos ? A des îles très proches les unes des autres, correspondent des espèces proches mais différentes – en particulier les fameuses tortues. Quelle étrangeté ! Chaque île apparaît comme étant un “centre de création” indépendant ! La perfection serait-elle donc multiple et multiforme ? Peut-être, mais alors pourquoi est-ce le cas au milieu de ces îles alors que les continents ont des populations plutôt homogènes ? Pourquoi Dieu s’est-il montré frénétique dans sa création sur ces îles, mais sage partout ailleurs ?

Darwin examine d’autres exemples. Regardons les animaux vivants dans des grottes souterraines, à  l’obscurité. Ces environnements stables et peu variés devraient abriter des espèces similaires selon la théorie créationniste. Or, il n’en est rien; chaque grotte abrite ses propres animaux troglodytes, qui ressemblent plutôt aux animaux locaux, dont les yeux auraient dégénéré, dont le pelage aurait été modifié.

Si les espèces sont effectivement parfaitement adaptées à  leur environnement, du fait de leur origine divine, elles ne peuvent de plus ni s’éteindre ni disparaître. Or, Darwin constate que bien souvent, lorsque des espèces étrangères sont introduites sur des îles, les espèces locales disparaissent rapidement, cédant le terrain aux espèces étrangères, a priori non adaptées à  ces environnements spécifiques. La création locale n’était-elle donc pas parfaite ? En somme, la création n’est pas une machine si puissamment optimisée, si brillamment designée. Ce qui réfute le créationnisme et les théories de Paley, c’est l’imperfection du monde, et c’est cela que Darwin a constaté et compris. Cette imperfection, elle, n’est explicable que dans le cadre de la théorie de l’évolution.

(Compte-rendu d’un essai de Frank J. Sulloway paru dans le recueil Intelligent Thought et publié précédémment sur le blog de Tom Roud).

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie