Billets Non classé

Climat : sous l’eau, ça chauffe aussi

Le réchauffement climatique se mesure sous l’eau. Les travaux sous-marins entamés par Sandrine Derrien et son équipe de la Station de biologie marine de Concarneau semblent donner des idées aux autres régions. L’inventaire des fonds marins commencé en Bretagne devrait s’étendre à l’ensemble des régions côtières en France, en commençant par la Normandie, l’Aquitaine et la […]

Le réchauffement climatique se mesure sous l’eau. Les travaux sous-marins entamés par Sandrine Derrien et son équipe de la Station de biologie marine de Concarneau semblent donner des idées aux autres régions. L’inventaire des fonds marins commencé en Bretagne devrait s’étendre à l’ensemble des régions côtières en France, en commençant par la Normandie, l’Aquitaine et la mer Méditerranée.

En Bretagne, cela a déjà permis de détecter le coup de chaud des algues laminaires. Comme ces algues sont extrêmement sensibles à la température de l’eau, elles sont un excellent indicateur du réchauffement climatique et de la santé de l’écosystème marin.

Mais on s’est bien rendu compte, en passant une journée avec les scientifiques de Concarneau, que c’était une mission très contraignante : pour réaliser l’inventaire annuel, les scientifiques doivent plonger pratiquement tous les jours et pendant plusieurs heures, quelles que soient les conditions météorologiques. Lorsque le vent s’en mêle (comme pour nous), la visibilité est tellement faible qu’il faut encore plus de patience pour effectuer les relevés.

Alors, la prochaine fois qu’on parlera de réchauffement global, on pensera à vous —Sandrine, René, Aodren…— et à votre “cueillette” minutieuse sous les eaux bretonnes !

À propos de l'auteur

Pierre