Sciences de la Vie Billets

131 – Selfless gene

La sélection naturelle opère sur un pool de gènes égoïstes rassemblés à leur corps défendant dans une survival machine, qu’on a pris l’habitude d’appeler individu. C’est en tous cas ce que j’avais retenu de ma lecture de Dawkins [1] il y a main…

La sélection naturelle opère sur un pool de gènes égoïstes rassemblés à leur corps défendant dans une survival machine, qu’on a pris l’habitude d’appeler individu. C’est en tous cas ce que j’avais retenu de ma lecture de Dawkins [1] il y a maintenant… un certain temps.

En parcourant La filiation de l’homme [2], à l’occasion du billet précédent, j’ai donc été très surpris de découvrir que Darwin croyait à une sélection naturelle fonctionnant aussi au niveau du groupe, et capable de sélectionner par ce biais des comportements altruistes, apportant un avantage évolutif non à l’individu mais au groupe tout entier.

Dans ce contexte, le titre d’un article de New Scientist a – forcément – attiré mon attention : The selfless gene: Rethinking Dawkins’s doctrine.[3] On y apprend en gros que la sélection au niveau du groupe, de l’espèce, et même de l’écosystème tout entier serait en train de (re)devenir fashionable. Mais pourquoi, au fait, l’idée darwinienne de sélection au niveau du groupe était-elle auparavant hérétique ?

Le premier problème c’est que pour cette dernière fonctionne, il faut supposer des groupes géographiquement proches et génétiquement isolés. Délicat… Et puis il y a une autre raison, qu’Olivia Judson, l’auteur de Dr Tatiana’s Sex Advice to All Creation mentionne dans un article intitulé… The Selfless Gene :

A second reason Darwin’s idea has been ignored is that it seems to have a distasteful corollary. The idea implies, perhaps, that some unpleasant human characteristics—such as xenophobia or even racism—evolved in tandem with generosity and kindness. Why? Because banding together to fight means that people must be able to tell the difference between friends (who belong in the group) and foes (who must be fought). In the mid-1970s, in a paper that speculated about how humans might have evolved, Hamilton suggested that xenophobia might be innate. He was pilloried. [4]

Oui : la xénophobie comme trait héréditaire, ça fait pas envie… M’enfin il est à craindre que la sélection naturelle ait promu bien d’autres horreurs… La nature est-elle au fond quelqu’un de sympa ? Je pose la question, qui peut aussi s’exprimer en ces termes : comment des comportements altruistes peuvent-ils être sélectionnés par l’évolution, alors que l’égoïsme semble plus rentable au niveau de l’individu ?


Sam Bowles, un évolutionniste spécialiste du Pléistocène ( -1,8 millions d’années à -10 000 ans) considère que 15% environ des humains de cette époque reculée ont perdu la vie au cours de « guerres » inter-groupes. On imagine dès lors qu’appartenir à un groupe victorieux devient un caractère sélectionné positivement. Oui, mais. Car le grand vainqueur évolutif de tout ça devrait être l’individu égoïste infiltré dans un groupe coopératif… Le groupe altruiste, selon Sam Bowles, ne peut fonctionner que si d’autres comportements sont sélectionnés en même temps que l’altruisme, qui empêchent l’égoïsme d’être rentable. Il cite le conformisme, le désir de punir les comportements égoïstes (ce qui expliquerait au passage la bizarrerie des réponses humaines au jeu de l’ultimatum), et… la monogamie.

Bowles shows that groups of supercooperative, altruistic humans could indeed have wiped out groups of less-united folk. However, his argument works only if the cooperative groups also had practices—such as monogamy and the sharing of food with other group members— that reduced the ability of their selfish members to outreproduce their more generous members. [4]

Donc il y aurait finalement des gènes altruistes – formidable ! – mais uniquement capables de se développer en compagnie de gènes flics et de gènes curés ! Et là, je le dis tout net, c’est scandaleux. C’est à se demander si la nature, que j’imaginais partagée entre Ségolène et Cohn-Bendit, n’a pas voté Sarkozy en cachette ?


Vous faites comme vous voulez, mais moi c’est décidé : j’arrête le recyclage et le Vélib, et j’achète un 4×4 !

[1] Richard Dawkins – The selfish gene
[2] Charles Darwin – La filiation de l’homme
[3] New Scientist – The selfless gene: Rethinking Dawkins’s doctrine
[4] The Atlantic – The Selfless Gene

Voir aussi : 130 – Effet réversif de l’évolution

À propos de l'auteur

dvanw