Billets Non classé

10 errements évolutifs, avec bonus

Wired (encore) publie un court article listant dix inventions de l’évolution pas si malines. L’article s’intitule “10 Worst Evolutionary Designs”, ce qui est bien sûr une référence à l’”Intelligent Design”, le dessein intelligent, ce nouveau mouvement religieux affirmant que Dieu aurait à dessein orienté et dessiné l’évolution pour aboutir à l’homme. Voici donc les 10 [suite…]

Wired (encore) publie un court article listant dix inventions de l’évolution pas si malines. L’article s’intitule “10 Worst Evolutionary Designs”, ce qui est bien sûr une référence à l’”Intelligent Design”, le dessein intelligent, ce nouveau mouvement religieux affirmant que Dieu aurait à dessein orienté et dessiné l’évolution pour aboutir à l’homme. Voici donc les 10 copies qu’un Dieu créateur aurait pu revoir (traduction/adaptation de mon cru):

  • la narine des mammifères marins. N’importe quel animal marin devrait utiliser une bonne vieille paire de branchies pour respirer tranquillement sous l’eau. De gros poumons et une narine sur la tête, c’est ni fait ni à faire
  • le clitoris de la hyène, sorte de pseudopénis qui engorgé de sang peut écrabouiller le bébé hyène à la naissance. Xochipilli nous avait fait un petit topo sur le sujet il y a quelques mois (déjà).
  • la têtée du Kangourou. Kangourou junior, sorte de fragile petit haricot en gelée, doit subir un vrai parcours du combattant sur le torse velu de maman pour trouver un petit têton…
  • la naissance de la girafe. Maman girafe donne naissance bien debout sur ses quatre pattes, bébé girafe commence donc son existence par une chute d’un mètre 50. Crac !
  • L’exosquelette des araignées géantes mangeuses d’oiseaux. Ces araignées géantes grimpent aux arbres pour chasser des proies rapides. Pourtant, leur carapace est si fragile qu’elles explosent au sol en cas de chute. Au moins peuvent-elles se raccrocher à leur toile pour faire parachute…. Ah, en fait, non, elles ne sont pas capables d’en fabriquer
  • les dents des requins foetus. Quelques espèces de requins ne pondent pas d’oeufs et sont vivipares . Les dents des bébés requins se forment lors de la gestation. Les premiers requins à se développer mangent parfois leurs petits frères  in utero. “Mes frangins ? … hmmm, délicieux”
  • l’estomac humain. L’homme digère à peu près tout, sauf… la cellulose, qui est pourtant le composant principal de toutes les plantes. Pourquoi n’avons nous pas les bactéries adéquates dans nos intestins pour le faire ? Elles sont trop occupées à aider les termites…slug_sex_wayne.1248225371.jpg
  • l’appareil sexuel des limaces. Certaines espèces de limaces hermaphrodites s’accouplent en enroulant leur sexe respectif l’un autour de l’autre. Que se passe-t-il si l’une des deux reste coincée ? Et bien, elle se fait dévorer son organe… “Le sexe ? … hmmm, délicieux”
  • les quadrupèdes. Supposons que vous soyez un animal à quatre pattes. Supposons que vous ayez une blessure sur le dos, ou que quelque chose vous gratte dans le dos, ou qu’un oiseau s’y balade. Bonne chance, est bon courage pour trouver une branche basse
  • la corne du narval. Cette corne est en réalité une dent qui croît tout au long de la vie, pouvant atteindre trois mètres de long tout en transperçant la machoîre supérieure. “Docteur, j’ai mal au dent” “Effectivement …”

Allez, petite prime spéciale de mon  cru pour les lecteurs francophones de darwin2009 :

  • l’oeil des humains. La rétine, photosensible, est placée derrière les nerfs et les vaisseaux sanguins, si bien que la lumière doit traverser toute la machinerie avant d’être perçue. C’est l’une des raisons pour laquelle il y a un point aveugle dans l’oeil : le nerf optique “cache” ainsi une partie de notre champ de vision.
  • le nerf vagal des mammifères. C’est un nerf qui relie le cerveau à la gorge en passant… par l’aorte au niveau du coeur. Dans le cou de la girafe, ce nerf fait donc un joli aller-retour de quelques mètres…
  • la roue du paon (et autres ornements voyants à fin purement sexuelle). Rien de mieux pour attirer une femelle, mais quid des prédateurs ?
  • le lanugo des foetus humains. Il ne fait pas spécialement froid dans l’utérus de maman, pourquoi bébé arbore-t-il donc une belle fourrure, qui disparaît avant la naissance ?

Etc, etc ….

Au delà de l’aspect un peu anecdotique, ce genre de liste n’est pas inutile pour rappeler quelques nuances sur l’évolution. Il y a cette phrase célèbre du biologiste Theodosius Dobzhansky, comme quoi “rien n’a de sens en biologie si ce n’est à la lumière de l’évolution”. Mais cela ne veut pas dire que tout ce qui a évolué a un sens. Il faut se méfier des raisonnements sur le mode “si cela existe, c’est que c’est utile d’un point de vue évolutif”.De la même façon, on lit souvent (jusque dans des papiers de biologie) que l’évolution a “optimisé” le vivant. Or, ces exemples montrent que l’optimisation n’est que très relative. En fait, comme en économie, il y a probablement un effet de dépendance au sentier : les solutions trouvées par l’évolution dépendent du chemin évolutif suivi. Si les mammifères marins n’ont pas de branchies, c’est parce qu’ils sont passés par un stade “mammifère terrestre” au cours de l’évolution et qu’il était plus “simple” d’un point de vue évolutif de redéployer la machinerie respiratoire existante plutôt que de réinventer un système plus proche des poissons.

À propos de l'auteur

Tom Roud

Blogger scientifique zombie