La météorite qui aimait voyager

Utrecht-Meteorite.jpg
Utrecht-Meteorite.jpgC’est l’histoire d’un petit bout de rocher qui a jadis fait un grand voyage… et qui vient de vivre une autre aventure. Il n’a pas de nom, personne ne s’est jamais donné la peine de lui en trouver un. Après tout, qu’est-ce qu’un caillou ferait d’un nom? On parle juste de la “météorite de Serooskerke”, du nom du village néerlandais où ce voyageur s’est écrasé après sa chute, en 1925. Ce n’était bien sûr qu’une étape dans son périple. Celui-ci a débuté très loin d’ici, dans le secteur que l’on nomme aujourd’hui la ceinture des astéroïdes, entre Mars et Jupiter. Là-bas se trouve un gros astéroïde nommé Vesta. Dans son infinie sagesse, l’Union Astronomique Internationale, en charge de la classification, de la promotion et de la rétrogradation des corps célestes ne l’a pas promu en “planète naine” comme il l’a fait de sa voisine Cérès, ce qui fait, en théorie, de Vesta le plus gros des astéroïdes ayant conservé leur appellation. 571327main_pia14313-43_946-710.jpgVous l’aurez compris, Vesta est assez gros pour qu’on le prenne au sérieux. Si l’on étalait sa surface sur l’Europe, elle équivaudrait à la France et à la Grande-Bretagne réunies. Et si l’astéroïde se posait doucement au sol en se centrant sur Paris, il couvrirait globalement une zone allant du Mans à Metz et de Lille à Montluçon. Il y a un peu moins d’un milliard d’années, Vesta a eu une prise de bec avec un autre gros caillou de l’espace. Le résultat a été un cratère presque aussi large que Vesta lui-même, et une ribambelle de morceaux éparpillés dans l’espace. Certains astéroïdes sont nés de cette collision, et d’autres fragments ont été projetés plus loin dans l’espace. Ce fut le cas de notre petit caillou, qui était probablement plus gros à cette époque. Notre “météorite de Serooskerke” s’est retrouvée dans une zone de l’espace soumise à des perturbations de Jupiter. Dans les quelques dizaines de millions d’années qui ont suivi, le passage d’un objet géocroiseur l’entraîna dans une orbite qui devait finir par l’amener près de la Terre, jusqu’à ce que sa gravitation l’attire et qu’il finisse en étoile filante. Ce qu’il restait de ce morceau de Vesta après la traversée de l’atmosphère a été récupéré…et entreposé dans un musée, à Sonnenborgh. On pense aujourd’hui qu’environ 5% des météorites retrouvées sur Terre sont originaires de Vesta, tout comme celle de Serooskerke. Mais toutes ne vivent pas une aventure exaltante après leur découverte. Lundi 18 août, des voleurs s’introduisent dans le musée et s’emparent d’un coffre-fort. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’à l’intérieur se trouvent plusieurs petites météorites…et celle de Serooskerke. Notre caillou aventureux peut donc bouger de nouveau. Les voleurs finiront par ouvrir le coffre, c’est ce que font généralement les voleurs. Comme notre caillou et ses petits frères n’avaient pas de valeur marchande, ils ont fini dans un sac en plastique, abandonné dans un fourré. Ce sont deux sportifs alertes, recherchant une balle de tennis partie sur une orbite incertaine lors d’un jeu enflammé sur un court de Maarschalkerweerd (près d’Utrecht), qui ont trouvé le sac et son contenu. Notre caillou aventureux n’a pas eu de chance, il a été brisé en plusieurs morceaux. Ses compagnons plus petits, eux, sont intacts. Les vaillants tennismen ont rapporté leur découverte à la police, et le musée a récupéré son bien. Pour fêter ça, ses responsables ont décidé que le 31 août, la météorite de Seeroskerke serait présentée gratuitement au public. A distance, derrière un écran, pour la protéger de nouvelles mésaventures.   Crédits photos :  - image de Vesta capturée par la sonde Dawn, le 16 juillet 2011, à une distance de 15 000 kilomètres. (NASA/JPL-Caltech/UCLA/DLR/IDA)La météorite de Serooskerke (Museum en Sterrenwacht Sonnenborgh)

Continue reading

Suicide d’un pionnier

Terrible nouvelle sur les réseaux sociaux de biologie moléculaire hier:  Yoshiki Sasai, un des spécialistes mondiaux des cellules souches, vient de se suicider. La raison du suicide n’est pas encore connue, mais il y a fort à parier que le drame est lié au mini-scandale des « STAP cells », les fameuses cellules souches à l’acide (voir […]
Continue reading

Dis-moi à quel âge tu veux des enfants, je te dirai ta classe sociale – traits d’histoire de vie et sciences sociales.

Featured

live-fast2
La biologie de l’évolution n’est souvent pas la première discipline vers laquelle on se tourne lorsqu’il s’agit d’expliquer la variabilité des comportements humains dans différentes conditions économiques et sociales. Rien de bien étonnant à cela : une explication évolutionnaire d’un comportement sous-entend généralement une part d’influence génétique et donc une certaine stabilité de ce comportement […]
Continue reading

Oktober-fest of science !

Quoi il n’y a eu qu’un article en octobre ? Quelle déception …
Certes, je comprend la tristesse qui vous afflige chers lecteurs, mais cette fois j’ai une bonne excuse. Car en octobre il y a eu les vacances, mais aussi la fête de la science, une sorte “d’oktoberfest” mais où la science remplace la bière. Le thème de l’année était “infiniment grand – infiniment petit” un thème de physiciens, mais qui ne m’a pas empêché de m’exprimer avec beaucoup de plaisir!
Café des sciences (IRL)
Pour commencer, j’ai parlé devant des vraies personnes venues de leur plein gré, dans un haut lieu de la science et de la bière : un bar, en l’occurrence “l’entropie” à Pau. Le titre de la soirée: “Être très grand ou très petit: un problème de taille en biologie”. Dans 3ans si j’ai écoulé toutes mes idées d’articles je proposerai peut-être un billet sur ce thème ! En attendant vous n’aviez qu’à être là !
Le lendemain, même lieu, même heure, j’ai commenté avec des chimistes et des physiciens ce petit film des années 70:
Un peut rétro mais toujours aussi fascinant… (c’est peut-être à cause de la bande son psychédélique)
Pour des version plus modernes et interactives vous pouvez jeter un oeil aux animations ci-dessous:
- Magnifying the Universe par Number Sleuth
- The scale of the universe 2 par Cary Huang
(Pour bien profiter de l’animation ci-dessus mieux vaut avoir de bons yeux, ou se rendre directement sur le site source : The scale of the universe)
Village des sciences
Cette année, et pour la première fois le département de biologie de l’UPPA proposait un stand au village des science sur la place Clemenceau au centre-ville de Pau avec votre serviteur aux manettes. Résultat: 7000 visiteurs pour le week-end ! Non en fait il faut surtout remercier la météo !
Pour coller au thème de l’année et du laboratoire, mes collègues et moi avons parlé de microbiologie avec: des cultures des micro-organismes de nos objets du quotidien, des observations microscopiques, des antibiogrammes, des photos en microscopie électronique, et … du fromage !
Quelques photos du stand pour la gloire!
 Quelques uns de nos illustrations (cliquez sur les images pour les agrandir):
Comment les bacteries deviennent resistantes aux antibiotiques. Chiffres resistance
Le mécanisme de la résistance aux antibiotiques.
photo d'une cellule eucaryote, comparée à une bacterie (procaryote), comparée à un virus, avec echelle de taille
Virus, Bactérie, Cellule eucaryote: une comparaison.
MEB tete d epingle, brosse à dent poil, planche à découper. Vu au microscope electronique à balayage. SEM needle, toothbrush
Comment ça, elle pas propre ma brosse à dent ??
l'aspect original d'une culture de Paenibacillus vortex
Paenibacillus vortex
Ici nos posters de microbiologie, merci aux doctorantes qui ont participé à leur conception. (Cliquez sur les posters pour les voir en grand)
programme 3eme - antibiogramme bacterie, champignon, virus. pathogènes et utiles
Les micro-organismes et la santé : Fabien J, et Justine A.
winogradsky, station epuration, barrage pollution par les bactéries
Les micro-organismes dans l’environnement : Mathilde J.
programme 3eme svt - microorganismes bacteries, levure, pourriture, fromage, alimentation
Micro-organismes et aliments : Vanessa R.
Et en prime une animation totalement hors-sujet sur le cœur, où les visiteurs ont pu réaliser leur ECG (un électrocardiogramme quoi)…
 
Voilà le poster qui va avec:
coeur ECG echelle, organe cellule, circulation sang
Le cœur à toutes les échelles
Voilà pour ce petit compte-rendu, du meilleur événement de vulgarisation scientifique en France. Merci à tous les visiteurs et réels et maintenant virtuels, et rendez-vous l’an prochain!
__________________
A Pau la fête de la science est organisée par l’association Lacq Odyssée.
Merci à Clovis Darrigan de la mission culture scientifique et technique de l’UPPA.
Continue reading

Elimine 99,9% des bactéries !

canard+WC+desinfecte+99

L’autre jour en allant aux petits coins pour soulager un besoin naturel, j’ai jeté un œil au produit d’entretien situé à proximité du trône : du canard WC, ou autre substitut du genre. Sur l’étiquette figure l’inscription suivante : « Elimine 99,9% dans bactéries* » – L’astérisque renvoie à la mention suivante : « sur la partie émergée de la cuvette ». Que recouvre ce chiffre de 99,9% ? Est-ce une vraie information sur un “atout” de ce produit, ou plutôt un banal argument marketing, sans plus d’importance que son parfum lavande ?
La cible : les vilaines bactéries (ou le consommateur crédule).
Notre tube digestif en un véritable nid de bactéries, environ 100 000 milliards de bactéries rien que pour le colon soit 10 à 100 fois plus de cellules que dans l’ensemble de notre corps. Autant dire que tout ce qui sort de notre tube digestif est très largement « contaminé ». Ces bactéries se retrouvent sur les parois mais également dans l’eau des toilettes où elles dégradent la matière organique. La plupart du temps ces « microbes », comme on les appelle, vont s’organiser pour former un biofilm, c’est-à-dire un agrégat de cellules englobées dans une matrice protectrice plus ou moins gélatineuse. 
[Un exemple de culture bactérienne formant un biofilm bien structuré.]
Un biofilm peut contenir de nombreuses espèces de microorganismes (bactéries, champignons, algues ou protozoaires). La promiscuité d’espèces différentes permet une certaine synergie (sécrétion de matrice, transfert horizontaux de gènes, complémentarité du métabolisme etc.) permettant à l’ensemble de devenir plus performant… Une sorte d’ingénierie écologique qui prend tout son sens dans la cadre théorique du phénotype étendu. C’est une sujet passionnant mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui… 
[Ce voile algual formé sur une eau stagnante eutrophisée constitue un autre exemple de biofilm.]
Désinfecter un peu, beaucoup, à la folie… ou pas du tout !
Si vos toilettes sont vraiment très sales, un biofilm peut contenir un milliard de bactéries par cm². Un vrai désinfectant selon les normes en vigueur doit éliminer 99,999% des bactéries (5log de réduction). Il reste alors plus de 10 000 bactéries par cm²… Notre canard WC lui correspond à une réduction de 3log (99,9%), il reste alors un millions de bactéries par cm²… Ces normes de désinfection sont par ailleurs basées sur des cultures de bactéries en suspension et non organisées en biofilms. La matrice entourant les bactéries limite inévitablement l’action des désinfectants et le nombre de bactéries éliminées est donc surement moindre encore…
[Un biofilm constitué par plusieurs bactéries observé en microscopie optique.]
[Sur cette image en microscopie électronique à balayage on observe bien la matrice hydratée entourant les bactéries.]
Est-ce vraiment utile ?
Sachant que le chiffre de 99,9% est donné pour la partie aérienne de la cuvette, on imagine aisément que l’action est encore plus limitée sous l’eau, où le produit est dilué, et la survie des bactéries plus aisée. Bref inutile d’espérer une désinfection totale qui ne peut être obtenue que par stérilisation. Par ailleurs je ferai remarquer aux « stressés de la bactérie », que s’ils espèrent désinfecter la partie aérienne de la cuvette, ils ne désinfectent à priori pas leurs fesses… Enfin héberger sur sa cuvette quelques milliards de bactéries non pathogènes est peut-être une façon d’éviter la colonisation de celle-ci par des espèces plus nocives. 
Bien sûr ces constatations ne doivent surtout pas vous empêcher de nettoyer vos toilettes notamment dans le cas où quelques visiteurs viendrait « patauger dans la cuvette des chiottes», mais juste vous permettre de relativiser l’action désinfectante des produits utilisés. Lavage des mains, fermeture de l’abattant de la cuvette lorsque l’on tire la chasse d’eau sont des moyens probablement bien plus sûrs d’éviter une contamination…
Continue reading

Commission Charbonneau : à quand une enquête technique ?

Alors que les révélations se poursuivent à la Commission Charbonneau, il y aurait lieu d’enquêter sur la qualité des travaux publics réalisés pendant toutes ces années par les firmes de génie conseil et les entreprises de construction, plutôt que simplement sur les conditions d’octroi des contrats. Tous les filous qui ont abondamment fraudé pour obtenir [...] Lire la suite » Continue reading

Quelle science pour le nouveau pape ?

pontifical
Parmi les tâches qui l’attendent, le nouveau pape devra se pencher sur les travaux de l’Académie pontificale des sciences, qui tente de réconcilier la foi et la science en réunissant, au Vatican, 80 chercheurs de toutes confessions choisis parmi l’élite de la science mondiale. Descendante de l’Académie des Lynx fondée en 1603 pour se porter à [...] Lire la suite » Continue reading

Bentham et Kant étaient-ils des autistes ?

thumb.php
Sans connotation péjorative dans le terme “autiste” bien sûr, comme il est parfois utilisé dans certaines tranches d’âge de la population (je ne balancerai pas). La question – sérieuse – est bien de savoir, si Kant et Bentham revenaient à la vie aujourd’hui, pourraient-ils être diagnostiqués comme autistes selon les critères officiels du DSM IV […]
Continue reading