Sélection scientifique de la semaine (numéro 218)

– Les robots de demain auront-ils le droit de dire non ? – Il y a trente ans, le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire soviétique de Tchernobyl explosait. Trois décennies plus tard, les travaux … Continuer la lecture
Continue reading

Sélection scientifique de la semaine (numéro 217)

– Le premier trimestre de 2016 a été le plus chaud jamais enregistré dans l’histoire de la météorologie. Chacun des trois premiers mois de l’année a battu un record. (en anglais) – Les ressorts psychologiques qui expliquent pourquoi on agit … Continuer la lecture
Continue reading

Sélection scientifique de la semaine (numéro 216)

– Un projet visionnaire et/ou un peu fou, nommé Starshot, pour envoyer des micro-sondes vers l’étoile Alpha du Centaure. Sera-ce le début du voyage interstellaire ? (en anglais) – La NASA reprend la main sur son télescope spatial Kepler, grand chasseur d’exoplanètes, … Continuer la lecture
Continue reading

Sélection scientifique de la semaine (numéro 215)

– Pourquoi Dame Nature aime les hexagones. (en anglais) – Au Cambodge, le tigre est considéré comme éteint. Et dans le même temps – télescopage de l’actualité –, les Etats-Unis s’aperçoivent qu’ils ont plus de tigres en captivité qu’il n’y en a … Continuer la lecture
Continue reading

[Flash Info Chimie] #48 Une application Android pour tester la fraîcheur de sa bière

Featured

cheers-839865_960_720
La bière, ça se boit frais. Mal conservée, elle devient amère, voire totalement imbuvable… La faute en partie au fameux « Skunky Thiol » (le « thiol puant ») dont j’ai déjà parlé ici (dont la formation est liée à des réactions photochimiques) mais aussi … Continue reading
Continue reading

"Les filles ne sont pas faites pour les sciences pour 67% des Européens" : vraiment ?

Science-its-a-girl-thing.jpg
Un sondage paru il y a quelques mois prétendrait que “Les deux tiers des Européens pensent que les filles ne sont pas faites pour les sciences”. Ou en tout cas, c’est ce qu’en rapporte plusieurs articles. Sauf que ce chiffre est malhonnête. Il y a quelques mois, une étude commandée par l’Oréal au sondeur OpinionWay s’intéresse à la place des femmes en sciences. Plusieurs résultats ont fait “le buzz” :
Nouvel Obs : Les femmes ne sont pas faites pour la science ? Les préjugés ont la vie dure :
Ils révèlent que 90% des Européens estiment que les femmes sont douées pour tout… sauf pour les sciences.
Au féminin : Femmes et science : Les préjugés persistent et signent !
67% des personnes interrogées (hommes et femmes confondus) pensent que les femmes n’ont pas les capacités requises pour accéder à des postes scientifiques de haut niveau. Manque de persévérance, d’esprit rationnel, d’esprit pratique, de rigueur, d’esprit analytique et tout simplement d’esprit scientifique…
Figaro étudiant : Pour 67% des Européens, la femme est moins apte à devenir scientifique que l’homme
Pour deux tiers des sondés, les femmes seraient moins capables de «devenir des scientifiques de haut niveau».
Science-its-a-girl-thing.jpg
La fameuse campagne ratée “Science, it’s a girl thing” de l’Union Européenne… (vidéo complète)

Ah quand même… Et que dit l’étude ?

Je vous invite à la consulter ici, elle est instructive et pas très longue : Scribd

“67% des Européens pensent que les filles ne sont pas faites pour la science”

Pour revenir au chiffre du titre de ce billet en particulier, qui a été pas mal repris, la question exacte est : “In your opinion, what abilities do women lack that stops them from becoming high-level scientists?” et 67 % des hommes/66 % des femmes répondent un ou plusieurs éléments qui ont été regroupés dans “Lack of abilities“.
Sauf que… Cette question peut être interprété de deux manières :
* “les femmes sont moins intelligentes/douées/habiles que les hommes en sciences”
* “les femmes n’ont pas les mêmes opportunités que les hommes pour faire des sciences”
Le contenu est d’ailleurs explicité dans la question suivante : “Lack of abilities” est un fourre-tout qui inclut manque de “Self-confidence” et de “Professional network” (1ere et 2e réponse respectivement). En plus, si aucune des 17 propositions du fourre-tout ne convenait, on pouvait choisir “aucune de ces réponses proposées”… qui a quand même eu 33% de choix !
Donc c’est un raccourci très douteux de dire “les deux tiers des Européens pensent que les filles ne sont pas faites pour les sciences”, car la question est (au mieux) ambiguë, et la forme du questionnement pousse à répondre dans le sens voulu par le sondeur. D’ailleurs, la question suivante est “In your opinion, what is the biggest factor preventing women from being high-level scientists?“. Les premières réponses sont, dans l’ordre “They are impeded by cultural factors“, “They are impeded by men” et “They aren’t supported by their management“. Notez qu’il n’y a pas de “Elles sont moins intelligentes/douées/habiles”, ni dans les trois réponses principales suivantes d’ailleurs (les autres réponses, pour moins de 7%, ne sont pas explicitées).

“90% des Européens estiment que les femmes sont douées pour tout… sauf pour les sciences”

Autre chiffre de l’étude, dont parle le Nouvel Obs par exemple : “Ils révèlent que 90% des Européens estiment que les femmes sont douées pour tout… sauf pour les sciences.”
L’étude demandait exactement : “In your opinion, which of the following fields do women have the most aptitudes for?
Il fallait choisir entre “Social matters“, “Communication“, “Languages“, “The arts“, “Business“, “Politics” et “Sciences“. Science a obtenu 10% (soit pas loin de 100/7 = 14%, qui serait la moyenne théorique), ce qui s’est transformé en… “Les femmes sont douées pour tout sauf en sciences”… C’est quand même une interprétation très malhonnête…

“80% des scientifiques ont été influencés positivement par leur enseignants”

Tiens, ça on ne l’a pas lu ! Et effectivement, d’autres points révélés par l’étude, plus positifs, n’ont pas été repris. Par exemple, d’après les personnes qui ont poursuivi en science (garçons et filles), les enseignants ont eu à 80% un rôle positif (= ont encouragé à poursuivre dans ce domaine), plus précisément 82% et 77% entre homme et femmes. Donc même si une différence existe, les enseignants sont donc loin de décourager les filles de poursuivre en sciences. ScienceGirlThing2.png
Pas sûr que ce genre de message aide beaucoup la cause…

Et donc ?

On peut en conclure de cet exemple que :
1) Il est toujours utile de lire les sources et non pas le simple communiqué de presse
2) La formulation des questions dans un sondage peut énormément influencer le résultat, surtout si les questions sont (volontairement) ambiguës
3) Il faut se méfier des buzz
Oui, ces quelques points sont assez classiques, mais apparemment, un certain nombre de journalistes ne les applique pas encore. Et surtout, faire du buzz sur des chiffres biaisés ne peut que donner du grain à moudre ceux qui nient la situation, et cela dessert le problème, bien réel, du sexisme dans le monde scientifique. Bref, un peu de rigueur ne ferait pas de mal ! Je tiens quand même à noter que d’autres sites ont rapporté plus fidèlement le sondage (même si celui-ci est un peu biaisé, comme on l’a vu), comme Terra Femina ou Science et Avenir – bien que les chapeaux soient pas mal tendancieux…

Références

Je pourrais citer beaucoup d’articles sur le sexisme en science, mais je voudrais citer ici celui qui m’a amené à la rédaction de cet article : un article de blog, de Florence Pourcel. L’auteure y parle de l’influence du fait d’être un homme ou une femme dans le domaine de la vulgarisation scientifique sur Youtube, en se basant entre autres sur son expérience personnelle. Avant de donner des leçons ou son avis sur l’existence ou non du sexisme, il est préférable d’écouter celles qui s’en sentent victimes.
Continue reading

Sélection scientifique de la semaine (numéro 214)

– Très proche de son étoile, cette exoplanète est en partie recouverte de lave. (en anglais) – Des astronomes amateurs filment par hasard un violent impact (probablement d’un astéroïde) à la surface de Jupiter. – Que se passe-t-il pour le télescope … Continuer la lecture
Continue reading

Sélection scientifique de la semaine (numéro 213)

– Archéologie : quelque 150 squelettes ont été mis au jour dans une nécropole de l’Age du fer située dans le nord de l’Angleterre. – Absente depuis 2011, la maladie de la vache folle fait son retour en France. – Astronomie : une … Continuer la lecture
Continue reading