Sélection scientifique de la semaine (numéro 246)

– Alors que l’année n’est pas encore terminée, l’Organisation météorologique mondiale pense ne pas prendre de risque en disant que 2016 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée. Ce sera donc la troisième année de suite que le record de … Continuer la lecture
Continue reading

Pourquoi les oiseaux marins se gavent de plastique

PEUT-ÊTRE avez-vous vu, il y a quelques années, cette série de photographies prises par l’artiste américain Chris Jordan lors du tournage de son film Midway Journey, ces cadavres d’albatros dont la décomposition laissait apparaître le contenu : les oiseaux étaient … Continuer la lecture
Continue reading

Y a-t-il un chimiste en cuisine ?

Sur Kidiscience, nous avons plusieurs fois présenté des sujets qui te permettaient de réaliser des expériences dans ta cuisine pour mieux comprendre la chimie ou des phénomènes physiques. Voici, pour rappel, quelques uns d’entre eux : – la découverte de l’acidité avec du vinaigre, de la levure chimique et du …
Continue reading

A la recherche du mercure dans les cheveux !

Par Marion Guillaumin.
Ce ne sont pas des poux que les experts cherchent dans la tête, mais du mercure. S’accumulant dans notre organisme, le mercure est un puissant neurotoxique représentant donc un fort enjeu de santé publique. Pour la première fois, des chercheurs – du CNRS, de l’Université de Bordeaux, Université Grenoble Alpes, de l’ESRF, et de l’Université de l’Illinois à Chicago – ont développé des techniques d’analyses permettant d’identifier l’origine et la date de contamination ainsi que les (…) –
Les articles /
,
,

Continue reading

13 produits chimiques les plus puissants ou instables

bechers en chimie
bechers en chimie
Ils sont instables, explosifs, corrosifs ou oxydants : certains produits chimiques sont tellement puissants qu’ils nécessitent d’importantes précautions d’emploi, même pour les professionnels.

L’hydrogène

Composant des 3/4 de l’univers connu, l’hydrogène est sur Terre un gaz explosif, détonnant et très combustible. Il s’associe avec l’oxygène de l’air pour former de l’eau et libérer une importante quantité d’énergie (mise à profit dans les boosters des fusées).
Dans la bombe à hydrogène (bombe H), la plus puissante bombe créée par l’homme, ce n’est pas sa réactivité chimique qui est utilisée, mais un mécanisme de fusion thermonucléaire.

La nitroglycérine

Classique : ce composé liquide de formule $C_{3}H_{5}(NO_{3})_{3}$ explose en formant plusieurs gaz, dont le dioxyde de carbone, le diazote, du dioxygène et l’eau. Si son explosion est si importante c’est en partie à cause de la grande quantité de gaz produits : plus de 1000 fois le volume de gaz par rapport au volume liquide.
La nitro est également très instable mécaniquement : un choc peut détruire la fragile molécule et libérer de la chaleur pour produire une réaction en chaîne. En revanche, des bâtons de sable ou du carton imbibé de nitro sont stables : sous cette forme, c’est de la dynamite. Il peut alors être transporté et même jeté au feu sans que ça n’explose. Pour le faire péter, il faut une onde de choc, telle qu’une étincelle. Ce procédé, breveté par Alfred Nobel, à la fin du 19e siècle, lui permis d’acquérir une immense fortune, dont les seuls intérêts suffisent encore aujourd’hui à distribuer les fameux prix Nobels.

L’oxygène liquide

L’oxygène est un comburant : il permet une combustion. Sa forme gazeuse pure est déjà suffisamment concentrée pour réactiver instantanément la flamme d’une allumette simplement incandescente. L’oxygène liquide est chimiquement 1 485 fois plus concentré et a donc un pouvoir oxydant plus important. Certains produits explosent à son contact, comme ce coton imbibé d’où l’on approche une flamme.
L’ozone, ou tri-oxygène, est encore plus corrosif que le dioxygène normal.

Le tri-iodure d’azote

Ce produit, sous sa forme solide, est des plus instables : un simple effleurement par une plume suffit à produire sa détonation. Sous sa forme dissoute dans l’eau il ne pose pas de problèmes, mais l’endroit où il sèche sera forcément l’endroit où il va exploser. Il est impossible de le transporter, car le moindre choc provoque son explosion : même une particule cosmique ou un bruit un peu fort peuvent déclencher l’explosion.

Le difluore

La plupart des produits chimiques sont conservés dans du verre car ce dernier est assez peu oxydable. Le difluor est un des gaz si corrosifs qu’il attaque le verre. Le fluor est ce qu’on appelle « électronégatif » ce qui signifie qu’il est en manque d’électron. Attaquer un matériau pour lui prendre un électron est sa façon de se stabiliser. Le fluor attaque l’intégralité du tableau périodique à la seule exception des deux éléments les plus stables : l’hélium et le néon. Même le platine ou l’or ne sont épargnés.
Une des façons de le stocker est d’utiliser un récipient en nickel oxydé : la couche d’oxydation arrive à stopper la corrosion par le fluor.
N’importe quel matériau s’enflamme instantanément au contact de ce gaz : papier, coton, bois, acier. On trouve du fluor dans le dentifrice ou le sel de table, mais il n’est pas pur. Car une fois que le fluor a trouvé un électron, il est stable et ne présente aucun danger. Dans le dentifrice, il oxyde les dents pour se fixer dessus, empêchant les bactéries de le faire et protégeant ainsi la dent.

L’eau régale

L’eau régale est le seul acide (sauf les superacides) capable de dissoudre l’or. C’est un mélange d’acide chlorhydrique de d’acide nitrique concentré. L’acide nitrique arrive à retirer un atome d’or, et l’acide chlorhydrique arrive à le prendre à l’acide nitrique, pour qu’il en retire un autre, et ainsi de suite.
Les deux acides pris de manière séparée n’arrivent pas à dissoudre l’or, ce qui est d’autant plus intéressant d’un point de vu chimique.

L’acide fluoroantimonique

C’est le superacide le plus fort connu à ce jour. Il est dix mille million de milliard de fois plus puissant que l’acide sulfurique à 100 % ! L’étudier est assez difficile en raison de ça, vu qu’il dissout tout ce qui entre en contact avec lui. Il est par ailleurs très difficilement conservable, et seul le téflon peut s’en charger.

La thermite et la thermate

La thermite est un mélange d’aluminium et d’oxyde de fer tous les deux en poudre. Sa particularité est de générer une chaleur plus qu’intense atteignant les 2500°C. Cette vidéo le montre à l’œuvre en train de fondre à travers un bloc moteur, en quelques secondes. La thermate contient en plus du souffre par rapport à la thermite, qui augmente encore plus ses effets.

Le potassium solide

Le potassium, comme le sodium ou le césium et tous les éléments solides de la première colonne du tableau périodique réagissent violemment au contact de l’eau : ils s’enflamment et explosent, libérant de l’hydrogène qui va lui aussi exploser. Le produit qui reste est, dans ce cas, une solution d’hydroxyde de potassium : un agent très corrosif.

L’octonitrocubane

C’est une belle molécule en forme de cube avec à chaque coin un groupe nitro $NO_2$. Il s’agit de l’explosif non-nucléaire le plus puissant au monde, mais qui malgré cela est extrêmement résistante et stable : il peut être chauffé à 200 °C et percuté avec un marteau sans qu’elle explose. Sa synthèse est cependant difficile, et la production à grande échelle n’est pas encore possible.

Le trifluorure de chlore

Ce produit est corrosif, toxique (il dissout la chair et les os), explose au contact de l’eau, entre en ébullition exposé à l’air et brûle à plus de 2 400 °C. Il a été mis au point par les Nazis avant la seconde guerre mondiale, mais fut rapidement abandonné car trop dangereux et délicat à manipuler.
Il est tellement instable qu’il dissout le béton et réagit vivement si le récipient qui le contient n’est pas propre.

Le diazide de (5-azido-1H-tétrazol-1-yl)-carbamimidoyle

Souvent, une molécule carbonée qui contient beaucoup d’atome d’azote est aussi un puissant explosif. C’est le cas de la nitroglycérine, ou de l’octonitrocubane vu ci-dessus. La présente molécule (azidoazide azide en anglais, et dont j’ai dû recréer le nom français avec un peu d’aide) contient quatorze atomes d’azote pour deux atomes de carbone, ce qui en fait l’un des explosifs les plus puissants au monde, mais contrairement à l’octonitrocubane et à l’instar du tri-iodure d’azote, il est très instable ! Il explose au chocs, au bruit, quand on allume la lumière, le place en solution et même… sans aucune raison particulière.

Le tétraazidométhane

Prenez un atome de carbone et collez-lui 4 groupes d’azoture instable $\text{N}_3$ : vous avez formé du tétraazidométhane, la molécule organique avec la plus haute concentration en azote, et l’une des plus denses en énergie !
Il est dit qu’une seule goutte de ce produit peut faire péter le récipient qui le contient, en plus de la hotte de protection sous laquelle on le manipule. Lien : (Cet article a initialement été publié sur Le Hollandais Volant. J’ai décidé de le déplacer ici, avec ses commentaires) image de Kingway School Continue reading

Restauration et conservation des objets archéologiques : comment ça se passe ?

Par Mathilde Monachon.
Cette semaine s’ouvre la neuvième édition de l’ICOM-CC Metals Working Group ! Comment ça, vous ne connaissez pas ? Vous n’avez jamais entendu parler de la restauration de monuments historiques ? Ah ouf vous me rassurez !
ICOM-CC est l’acronyme de International Council Of Museums Conservation Community, c’est-à-dire un rassemblement de tous les spécialistes de la conservation du patrimoine et des biens culturels dans le monde. Et cette semaine, le congrès, qui a lieu à New (…) –
et al. /

Continue reading

[vidéo] Observer un fluide

Featured

Featured Video Play Icon
Une p’tite manip’ super simple pour observer le comportement d’un fluide. Ça se passe sur la chaîne vidéos de Rock’n’Science ! L’expérience est toute simple. On fait d’abord réagir une solution de nitrate de plomb avec une solution d’iodure de potassium, de même concentration 0,1M. Le précipité formé, de l’iodure de plomb, formera de minuscules […] Cet article [vidéo] Observer un fluide est apparu en premier sur De la science sauvage pour des cerveaux en ébullition. Continue reading

Copie cours de chimie S4

Ça devait être une histoire bien belge… J’explique brièvement : cela fait deux ans qu’un changement de programme est annoncé pour le cours de chimie en enseignement secondaire de la Communauté Française Wallonie Bruxelles, mais le nouveau programme n’est pas encore d’application. Donc, les anciens manuels de chimie ne sont plus réédités et les éditeurs […] Cet article Copie cours de chimie S4 est apparu en premier sur De la science sauvage pour des cerveaux en ébullition. Continue reading

La Lune, une croqueuse de couleurs

Par Mathilde Monachon.
Saviez-vous que si vous laissez votre voiture dormir dehors et non dans le garage, la Lune la décolore ?! C’est tout du moins ce que le concessionnaire automobile m’a dit.
Curieuse et perplexe, j’ai fait des recherches afin de vérifier ses dires et, ni une ni deux, je peux vous expliquer comment Madame la Lune se débrouille pour grignoter notre carrosserie.
Mythes et légendes
Les mystères qui l’entourent remontent au Moyen-âge voire à l’Antiquité. Les soirs de pleine lune, (…) –
et al. /

Continue reading