Le Pharmachien sort un livre !

Featured

Pharmachien
Ça fait déjà un bout de temps que je suis le blog du Pharmachien qui est, je cite, le blogue impertinent qui simplifie la science et anéantit la pseudoscience . Tenu par un vrai pharmacien et un vrai québécois, Olivier Bernard, ses bandes-dessinées sont tout simplement formidables car il tire à boulets rouges tout ce […]
Continue reading

L’exploration du musée des Confluences

Exceptionnellement ouvert pour le lundi de Pâques, il était temps de se rendre au musée des Confluences, quatre mois après son inauguration du 20 décembre 2014 ! Pour la petite histoire, ce musée s’est caractérisé par de nombreuses polémiques : 10 ans de retard, budget de construction multiplié par 5 ou 6, relations difficiles entre […]
Continue reading

La pizza est-elle parfumée au saumon ?

Featured

Pizza poisson
En lisant mon article, Une alternative à la laine de roche : la pâte à pizza !, sans doute as-tu compris qu’il se dégageait un certain arôme de poisson. Normal, c’était une pizza au saumon pour célébrer la tradition du… poisson d’avril ! [Source image] L’origine de ce poisson d’avril 2015 se trouve dans la […]
Continue reading

Retour sur l’éclipse du 20 mars 2015

Featured

Eclipse soleil
Le matin du vendredi 20 mars, je me voyais déjà chantonner « Avec mon p’tit viséclispe, j’avais l’air d’un con ma mère ». C’est que le brouillard d’un beau blanc laiteux avec pluie à volonté avait de quoi démoraliser, d’autant plus que la veille le soleil brillait de mille feux dans un ciel bleu comme il faut. […]
Continue reading

Le Sens de la Science (Partie II: notre époque)

Featured

les temps moderne

Souvenez-vous, nous avons tenté dans un article précédent de comprendre le divorce entre valeurs et faits que la Science moderne a produit. 

On ne peut compter sur la science pour répondre à nos angoisses existentielles … mais qu’en est-il de notre époque moderne? Comment notre monde dans lequel la Science est reine peut-il s’accommoder de sa froideur sur le plan des valeurs?


Je tiens à préciser avant tout, contrairement à la première partie, j’expose ici surtout mon avis personnel. Oui, je me cache d’entrée de jeu derrière le masque de “l’opinion personnelle” car la rédaction de cet article dérive en partie de mon énervement face à plusieurs aspects de la recherche scientifique aujourd’hui.

Entrons dans le vif du sujet. Le divorce entre valeurs et Nature produits par la Science moderne  est-il toujours d’actualité? La Science est-elle toujours aussi muette sur le sens ou la morale? Il me semble personnellement que oui. En effet, même en connaissant parfaitement les théories en vogue sur l’origine de l’univers, cela ne répond absolument pas à la question “d’ou venons-nous?” Ouvrir un livre sur le Big Bang ne résout pas notre angoisse existentielle. Même pire, ne vous est-il jamais arrivé de vous sentir envahi de questions après la lecture d’un livre d’astrophysique? Il en va de même pour les questions “Où va-t-on?” et “Qui est-on?“. En effet, comprendre que nous ne sommes qu’un tas d’atomes assez bien agencés pour pouvoir se mouvoir, parler et jouer de la trompette ne nous indique pas vraiment ce qui fait que ce “tas d’atomes” est un Homme. Il est pour moi important de bien admettre la séparation survenue il y a trois siècles entre Science et Morale. Ou, disons-le, entre Science et Religion. Si la Religion ne peut prétendre avoir un discours logique sur le monde, la Science ne peut prétendre nous indiquer quel est le sens de notre existence (1).



Mais alors? Quelle est la cause de l’omniprésence de la Science dans notre monde? 

Pourquoi la mention “Scientifiquement prouvé” nous convainc que telle crème effacera toutes les rides de notre visage en seulement 2 mois? Selon moi, la principale force de la Science réside dans sa capacité de prédiction. Un scientifique émet des hypothèses testables avec des expériences qui pourront être reproduites par d’autres scientifiques. Cette apparente unité objective de la Science en fait un instrument de choix pour interroger la Nature, mais aussi la contrôler. En effet,  il était impossible de créer le scanner ou la bombe atomique sans avoir préalablement compris les lois de la physique atomique. Bref, la Science doit sa place dans notre monde à sa formidable capacité de création de biensen tous genres dont le but est de guérir / produire /  communiquer … mais aussi tuer / surveiller / contrôler. On parle aujourd’hui de techno-sciencepour qualifier les applications de la Science. Parfois c’est même pire: La Science n’est évaluée que par son utilité matérielle dans notre société. Pour le dire autrement, il faut que ça serve à quelque chose!


William L. Brown Photo Credit
En effet, il est impensable aujourd’hui de demander un financement sans démontrer en quoi notre futur projet va être utile. Évidemment, dans une société capitaliste, utilité = argent … C’est d’autant plus intrigant que ce mode de pensée s’est généralisé! En effet, jeune thésard en biologie évolutive, combien de fois m’est-il arrivé d’être confronté à l’incompréhension de mon interlocuteur lorsque j’explique mon projet de doctorat … qui n’a aucune application! La question arrive très rapidement: “mais au fond ça sert à quoi ce que tu fais?”. Je suis abasourdi à chaque fois que j’entends ça. Comme si le projet de rendre le monde plus compréhensible n’était plus une valeur en soi. De toute évidence, la seule valeur qui prime aujourd’hui c’est la valeur marchande. Le scientifique n’a qu’à se mettre à la page (aux brevets …) ou disparaitre!


Notre société a un rapport particulier avec la Science pouvant se résumer brutalement par Science = applications (= argent). 


Vous me direz, mais quel est le rapport avec les valeurs humaines du post précédent? Et bien, si on accepte que les applications que produit la Science  peuvent servir à des fins idéologiques ou politiques, et que l’on confond la Science avec ses applications, alors il est facile d’attribuer un sens et des valeurs à la Science. Pour le dire autrement, le fait scientifique devient l’objet du jugement et des passions


Prenons un exemple concret: la génétique de l’homosexualité. Chercher à décortiquer les déterminants de l’homosexualité revient à essayer de distinguer l’apport environnemental (éducation) de celui des gènes. Peu importe le résultat, il n’est que l’expression de la Nature. Il n’y a pas à juger ou pas ce résultat. Pour autant, beaucoup ne s’arrêteront pas là et émettront un jugement de valeur sur le résultat. Selon l’importance que prend l’ADN dans le déterminisme de l’homosexualité, on va trouver cela bienou mal, alors qu’il n’y a là qu’une froide vérité scientifique. Ne nous cachons pas, on sait pertinemment pourquoi on juge. Car on fait le raccourci extrêmement rapide (et parfois inconscient) de la Science et son application. Ici, l’imaginaire collectif nous dit que ce qui est génétique ne peut être déconstruit, contrairement à ce qui est environnemental. 

On plonge de plein pied dans la politique et l’idéologie.

La morale et les valeurs se cachent bien souvent derrière l’action. Si la Politique est la discipline de l’action, la Science n’est faite que de réflexion. Il est important de ne pas perde de vue cette frontière. Lorsque l’on cherche de l’action (sous-entendu un pouvoir moral) dans un fait scientifique, on a déjà franchi cette frontière. Il est selon moi important de relativiser les découvertes scientifiques dans notre société et de bien les séparer de ses implications politiques. Cependant, si le scientifique se doit d’interroger la Nature sans la juger, il se doit de ne pas perdre de vue l’impact moral de son travail sur la société. Et puis, il arrive parfois que le scientifique lui même se laisse abuser par ses passions et ses affects, pour le meilleur … ou pour le pire


(1): Gould l’a rappelé dans son principe du NOMA (Non-Overlapping Magisteria): Il ne faut pas confondre “notre pulsion à comprendre le caractère factuel de la Nature (c’est le magistère de la Science), et notre besoin de trouver du sens à notre propre existence et une base morale pour notre action (le magistère de la Religion)


Pour aller plus loin:
- Jacques Monod, Le Hasard et la Nécessité (1973) Edition du Seuil. 
- Etienne Klein, Galilée et les indiens: Allons-nous liquider la Science? (2008) Flammarion.
- Stephen Jay Gould, Et Dieu dit “Que Darwin soit!(1999). Edition du Seuil.

- Un exemple de confusion entre Science et idéologie décrit pas cet article de l’AFIS.
Continue reading

Cortex Mag épluché couche par couche

Featured

Cortex Mag
En octobre 2014, j’avais annoncé la naissance de Cortex Mag, un nouveau site de communication scientifique destiné au grand public. Une démarche qui pourrait sembler banale sauf que ! Cortex Mag provient d’une initiative du LabEx CORTEX. Ce dernier confirme ainsi sa volonté de s’ouvrir à tous puisqu’il organise également des conférences et des café-débats […]
Continue reading

Les baleines, c’est assez ! Sauvons plutôt le Diplodocus… Ou pas.

Featured

dippy-
C’est le débat du jour : le muséum d’histoire naturelle de Londres s’apprête à retirer son moulage de Diplodocus du monumental hall d ‘entrée où il siégeait depuis 1979 pour installer à sa place un squelette de baleine long de 85 pieds qui sera pendu au plafond. « C’est vachement mieux car c’est un vrai squelette, pas [...]
Continue reading